Éditions De La Revue Phénicienne : La Premiere Maison d'Édition Francophone Au Proche-Orient
  Si je rappelle aux miens nos aïeux phéniciens,
C’est qu’alors nous n’étions au fronton de l’histoire,
Avant de devenir musulmans ou chrétiens,
Qu’un même peuple uni dans une même gloire ...
Charles Corm
La montagne inspirée, 1934
 

La Revue
Livres
Histoire de la Phénicie
Josette Elayi
févr. 2014

Historienne, diplômée de grec, hébreu, araméen et akkadien, Josette Elayi a enseigné aux universités de Beyrouth et Bagdad avant de poursuivre ses recherches (CNRS) au Collège de France à  Paris. En 2007, elle a été faite chevalier de la Légion d’honneur pour son œuvre sur la Phénicie.

Elle entreprend dans son dernier ouvrage ce qu’aucun spécialiste des Phéniciens ne s’est jamais risqué à faire: écrire une histoire événementielle de la Phénicie.  En effet, les ouvrages thématiques sur le commerce, l’industrie, la religion, l’art et l’écriture de ce peuple n’avaient présenté, jusque-là, qu’un « survol historique » de quelques pages. Fondé sur les derniers développements de la recherche, son ouvrage se caractérise par son impartialité scientifique,  contrairement aux « réactions de phénico-phobie  et de phénico-manie que les Phéniciens ont provoquées tour à tour de l’Antiquité à nos jours ». L’auteure  explique  les opinions  souvent contradictoires que les contemporains des Phéniciens (Grecs et Hébreux) ont eues les concernant  par la rivalité commerciale, la crainte, mais aussi par des préjugés  sans fondement et par un « racisme culturel ». Elle souligne un paradoxe : le fait que ce peuple qui a inventé l’alphabet ait laissé « si peu de traces écrites ». Marins, commerçants et explorateurs, les Phéniciens étaient également réputés pour d’autres activités comme l’architecture, la teinturerie et l’artisanat, écrit-elle. Elle traite la destinée de chaque cité en respectant la chronologie. Remontant  à la  préhistoire, elle clôt son ouvrage  en 332, date de la reddition de Tyr qui entraîne la soumission de la Phénicie à Alexandre le Grand.

La première trace locale d’écriture (à  Byblos), écrit l’auteure,  est datée   vers 2600-2300.   Entre 1200 et 883, la Phénicie jouit d’une exceptionnelle période d’indépendance. « Ce fut l’âge d’or de la Phénicie,  car ensuite elle n’a plus connu de véritable période d’indépendance. A partir de 883, elle fut constamment dominée par les grandes puissances du moment et son histoire s’inscrit dans leurs histoires. Elle passe tour à  tour sous la domination assyrienne de 883 à  610, puis sous la domination babylonienne de 610 à  539, enfin sous la domination perse de 539 à 332, date à  laquelle on fixe  traditionnellement la fin de son histoire. »

Extraits des cinq  parties de l’ouvrage:

La Phénicie avant 1200

La première des  cités phéniciennes à  émerger fut  Byblos,  à  l’âge du Bronze qui commence au Liban vers 3300. « Son développement, écrit Josette Elayi,  est intimement lié, dès ses origines,  à  ce qui fera son originalité pendant la majeure partie de son histoire : une relation privilégiée avec l’Egypte dont elle a toujours été le principal fournisseur de bois, principalement le bois de cèdre. Elle lui fournit aussi les produits extraits des conifères, résine et aromes, indispensables pour les techniques égyptiennes de momification. Le temple de Baalat  Gubal, déesse suprême de Byblos jusqu’au premier millénaire  est alors le plus important de tout le Proche-Orient ancien et joue un rôle central entre Byblos et l’Egypte. »  La première expédition égyptienne pour ramener du bois est entreprise par le pharaon Séfrou, fondateur de la IVe dynastie qui a régné vers 2543-2510. « Les pharaons égyptiens  n’ont pas été les seuls à s’intéresser aux forêts du Liban.  La première expédition connue de Mésopotamie jusqu'à  la forêt des cèdres est celle de Sargon d’Akkad vers 2450. »  Byblos subit une destruction vers 2200,   mais rapidement la ville se reconstruit et  devint un des foyers les plus actifs de la métallurgie du bronze. Elle tissa des  liens  particulièrement avec la Crète minoenne, Chypre et les autres cités-Etats comme Ugarit. La découverte de la nécropole royale de Byblos, en particulier la tombe  du roi Abishemu Ier qui régnait vers 1800 révèle la richesse dont jouit à  l’époque  où les élites de la cité sont très influencées par l’Egypte. 

Les autres principales cités proto-phéniciennes sont Sidon, « qui se développe surtout à partir de 1750 », Tyr, Arwad  et Ugarit dont le royaume disparaît vers 1200.  « Tous les petits Etats  du Proche-Orient sont pris en étau par les grandes puissances qui s’affrontent sur leur territoire : l’Egypte, le Mitanni et les puissances émergentes hittite et assyro-babylonienne. Ils sont vassaux de l’Egypte depuis que Thoutmosis III a triomphé du Mitanni vers 1437 »,  et doivent verser un tribut aux représentants du pharaon.  A dater du règne d’Akhenaton,  la puissance de l’Egypte commence à décliner et le royaume hittite étend sa frontière méridionale jusqu’au Liban. Le roi de Byblos, Rib-Hadda,  qui règne vers 1360-1330  écrit alors au pharaon pour implorer son aide mais ce denier reste sourd à ses appels. Entre temps Tyr était devenue vers 1350 une cité au territoire étendu et riche, ce qui provoqua la convoitise du roi de Sidon et un conflit entre les deux royaumes.

Ne pouvant tolérer l’avancée de l’Empire hittite en Phénicie,  les premiers pharaons de la  XIXème dynastie commencent  peu à peu à  réagir. En 1274 a lieu la fameuse bataille de Qadesh  entre Ramsès II et le roi hittite Muwattali II. Puis, en 1258,  les deux souverains décident de mettre fin à  leur conflit. Conformément au  traité conclus entre eux, la  frontière entre l’Egypte et l’Empire hittite passe au nord de Byblos jusqu'à Damas et les cités phéniciennes à  l’exception d’Arwad et d’Ugarit   restent dans l’orbite de l’Egypte.

La période d’indépendance de la Phénicie  (1200-883)

Le passage de l’âge du bronze  à l’âge du fer en 1200 coïncide avec l’invasion des peuples de la mer.  Ugarit fut anéantie.   Mais les autres cités phéniciennes  réussirent à acquérir une certaine indépendance  à  la faveur de deux développements : la fin soudaine de l’Empire hittite et la décadence du Nouvel Empire égyptien amorcée dès le règne de Ramsès III. Le récit égyptien des mésaventures d’Ounamon,  un envoyé du temple d'Amon,  venu chercher du bois à Byblos vers la même période, montre que le roi de cette cité, Zakarbaal, se comporte de façon arrogante face à un représentant des anciens maîtres de sa cité, dont il n'a aucune crainte.   C’est vers cette époque que la Phénicie acquiert sa véritable identité et  que les Phéniciens « inventent » l’alphabet. Leurs rois ne semblent jamais disposer d’un pouvoir absolu ce qui a  conduit d’aucuns à  leur attribuer aussi « l’invention » de la démocratie.   Quant au nouveau conquérant de l'Est, le roi d'Assyrie, il ne fait qu'une incursion sans lendemain (Expédition de Tiglath-Phalasar Ier à Arwad en 1100 av. J.-C.). Jusqu'au milieu du IXe siècle,  les cités phéniciennes  profitèrent de cette liberté pour accroître leurs échanges  et jouirent d’une période de prospérité. 

Aux XIIe et XIe  siècles, Sidon  est la principale cité phénicienne.  Entre 1000 et 900, Byblos voit se succéder deux dynasties dont celle d’Ahiram connu par son fameux sarcophage exposé au Musée national de Beyrouth.  A la même époque le roi de  Tyr, Hiram Ier  (qui règne vers 970-936),  conclut une alliance avec David et son fils Salomon  à  qui il fournit une assistance pour construire son palais et le temple de Jérusalem. D’après la Bible,  les deux rois organisent ensemble des expéditions jusqu'à Ophir en Afrique. Et Salomon a sans doute participé à l’expédition du roi Hiram Ier jusqu'à Tarshish,  au sud de l’Espagne.

 Cette période voit aussi l’expansion phénicienne en Méditerranée. Après des phases d’échanges puis  d’influence culturelle dans les sites-étapes, cette expansion  se caractérise par la fondation d’établissements permanents dont Kition, l’actuelle Larnaka à  Chypre,  parait être le plus ancien. Il est  suivi de Gadès  (Cadix) et d’Utique.   La Sardaigne et le sud de l’Espagne jouent   un rôle capital dans cette expansion en raison de leurs riches gisements de minerais. « Les distances parcourues par les navires phéniciens sont parfois considérables, ce qui suppose un haut niveau technologique », précise Josette Elayi. C’étaient aussi des explorateurs et vers  600, ils effectuent par exemple une circumnavigation autour de l’Afrique pour le compte du pharaon Néchao II.

La Phénicie sous la domination assyrienne  (883-610)

L’arrivée au pouvoir  du nouveau roi d’Assyrie, Assurnarsipal II,  en 883,  marque un profond changement. Faisant régner la terreur, il contraint les cités phéniciennes à lui envoyer leurs tributs en signe de soumission. Ceux-ci devinrent de plus en plus lourds : bois de cèdre, métaux précieux, objets en ivoire,  tissus de pourpre, etc.  La plus puissante de ces cités est alors Tyr  dont le roi Ittobal Ier règne aussi à  Sidon.  C’est sous le règne de Pygmalion que sa sœur, Elissa,  fonde Carthage vers 814.

Les successeurs d’Assurnarsipal tentent avec obstination de conquérir les Etats côtiers de la Méditerranée,   se heurtant à plusieurs reprises à leurs coalitions.  Durant une brève période, les troubles que connait l’Assyrie laissent un répit à la Phénicie. Mais Tiglath-Phalazar III (745-721) conquiert la majeure partie de la région. Les cités phéniciennes préservèrent toutefois leur souveraineté et une certaine autonomie dans la gestion de leurs activités commerciales. Elles continuèrent d’être dirigées par leurs  rois locaux, ce qui n’empêcha pas  les révoltes d’Arwad et de Tyr. Ses successeurs Sargonides (721-610) poursuivent son  œuvre. Sargon II  entreprend le blocus de Tyr et Sennachérib soumet la cité en 701. « Le double royaume de Tyr et de Sidon disparaît alors complètement », et on assiste au déclin de Tyr et à  la renaissance de Sidon.

Sous le règne d’Assurbanipal les cités phéniciennes tributaires sont soumises à  des contraintes supplémentaires. Elles doivent notamment, écrit l’auteure, «   joindre leurs forces armées à l’expédition assyrienne contre l’Egypte, et leurs flottes sont réquisitionnées lorsque le roi assyrien en a besoin ». Cependant  poursuit-elle «  elles possèdent des atouts   essentiels qui imposent de les ménager. Leurs flottes représentaient la base de la puissance navale  nécessaire à un empire  devenu maritime Les sites côtiers phéniciens sont des positions stratégiques incontournables sur la route de l’Égypte et pour le contrôle de Chypre et leur  prospérité économique constitue  une  abondante source de profits, indispensable au bon fonctionnement du système impérialo-tributaire. La  politique des rois assyriens ne consiste  pas à s’approprier directement ces atouts, mais à  laisser les cités phéniciennes les gérer au mieux de leurs intérêts, sachant qu’ils en récolteront de cette manière les meilleurs bénéfices ». A partir de 644,   durant les  dernières années précédant l’effondrement de l’Empire assyrien, les cités phénicienne retrouvent leur indépendance qu’elles vont conserver jusqu'à la fin du règne de Nabopalassar en 605 . L’Egypte profite aussi du déclin de l’Assyrie pour s’affirmer de nouveau au Proche-Orient.

La Phénicie sous la domination babylonienne (610-539)

Contrairement aux   Assyriens, les Babyloniens  imposèrent un contrôle complet sur les cités phéniciennes. L’année 605 marque pour elles une année décisive car Nabuchodonosor II qui  s’installe sur le trône de Babylone est victorieux des Egyptiens et  maître de la Syrie du Nord.    Déportant  une partie des Phéniciens à Babylone, il s'assura du  contrôle total sur les richesses du pays, en particulier les forêts de cèdres. Seule la cité de Tyr résista au siège de l'envahisseur durant 13 années (vers 585-573). « Les oracles bibliques d’Ezéchiel brossent un tableau impressionnant  de  la puissance de la cité ». Vers 563,  sous la pression de Nabuchodonosor qui veut la punir,  des  juges sont  instaurés   pendant sept ans  à  la place de  sa  dynastie  royale.  A sa mort,  l’Empire babylonien est à son apogée. Mais il a déjà amorcé son déclin à  la venue au pouvoir en 556 de son dernier roi, Nabonide.  A la veille de la chute  de l’Empire babylonien, Tyr, qui a perdu presque toutes ses colonies,  n’est plus aussi puissante et prospère. «  Selon un processus mainte fois constaté au cours de l’histoire de la Phénicie, Sidon sa voisine en profite pour se développer. »

La Phénicie sous la domination perse (539-332)

Devenu roi en 549, Cyrus II prend Babylone en 539. Dès cette date, les cités phéniciennes sont intégrées au nouvel empire perse sans combat.  Elles font  partie de la province de Transeuphratène dont le satrape réside à Damas et  où Cyrus II distingue les rois trônant dans des palais comme les rois phéniciens, et les rois vivant sous la tente comme  des tribus nomades. Il est considéré comme un souverain juste par les sources classiques et bibliques.   Quand son successeur,  Cambyse II, qui venait de conquérir l’Egypte, décide de s’en prendre à Carthage, les Phéniciens lui refusent le concours de leurs flottes,  arguant  de leur parenté avec les Carthaginois.

Les rois de  Byblos, Tyr et Sidon doivent accepter la présence  dans leurs cités de gouverneurs perses.  Eshmunazor II  qui règne à  Sidon vers 539-525 est connu grâce à  son beau  sarcophage conservé au Musée du Louvre. Les flottes phéniciennes participent aux guerres de Darius Ier contre les Grecs. En 495, leurs navires,  qui font partie de la flotte perse, affrontent victorieusement la flotte ionienne à  Ladè. Mais lors de la deuxième guerre médique   menée par Xerxès  I er, elles sont défaites par la flotte athénienne en septembre 480.  Les  Grecs remportent de nouvelles victoires navales sur les Perses, et donc les Phéniciens,  à Mycale (479) et à l’Eurymédon (466). « Les flottes de Sidon, Tyr et Arwad ne dominent plus la Méditerranée orientale. Seule Byblos reste préservée. » Cette dernière,  écrit  Josette Elayi,   « après  une quasi-inexistence qui durait depuis cinq siècles (…)  se militarise  et se décide soudain à retrouver la place qu’elle occupait au IIIe et IIe millénaires sur la scène politique du Proche-Orient. » 

Les cités phéniciennes commencent à frapper monnaie autour de 450. « Même si l’époque où Tyr était alimentée par les richesses de ses colonies occidentales est révolue, elle garde toujours des liens avec ses colonies chypriotes. » Sidon, sous la dynastie de Baalshilem Ier,  est toujours la première cité phénicienne. En 394, sous le règne d’Artaxerxès II,  la  flotte sidonienne  joue un rôle essentiel dans la victoire navale perse de Cnide contre Sparte. Après s’être rendu maitre des colonies de Tyr à   Chypre,  Evagoras Ier, roi grec de Salamine, allié d’Athènes,  attaque la cité  elle-même dont il s’empare des possessions côtières. Mais,  revenu d’une campagne d’Egypte, (qui  a d’ailleurs  été  pour lui  et les flottes phéniciennes un désastre), Artaxerxès II le bat et reprend le contrôle de Chypre.  Successeur de Baalshilem II, le roi de Sidon, Abdashtart Ier,  réussit d’abord à entretenir de bonnes relations  à  la fois avec Athènes et Artaxerxès II. Mais s’étant soulevé contre ce dernier,  sa révolte est écrasée en 355. Son magnifique sarcophage « des Pleureuses » se trouve au Musée d’Istanbul. Sous son successeur, Tennès,  une nouvelle révolte contre les Perses est écrasée impitoyablement par Artaxerxès III. Il favorise Tyr dont les esclaves s’étaient révoltés en 354. L’époque perse voit aussi la fondation de Tripoli par les trois cités de Sidon, Tyr et Arwad. 

L’hellénisation de la Phénicie

Après la victoire d’Alexandre le Grand sur l’armée perse à  Issos en 333,  Arwad, Byblos et Sidon lui font allégeance. Seule Tyr lui résiste. Mais, l’été 332, au terme d’un siège de sept mois,   la ville insulaire, qu’il avait fait relier au continent par un môle,  est prise par  Alexandre. C’est la fin conventionnelle de l’histoire de la  Phénicie  et sa rapide hellénisation.

« Les Phéniciens,  conclut l’auteure,  ont incontestablement un destin commun et pourtant si différencié d’une cité à l’autre (…). Elles sont placées entre le refuge de la montagne et l’aventure de la mer. La Phénicie par sa place centrale au Proche-Orient sert de terrain d’affrontement entre les grandes puissances (…). Le désir d’indépendance des  Phéniciens les pousse périodiquement à la révolte contre l’occupant. Ainsi les cités phéniciennes sont toutes de simples pions sur l’échiquier des grandes puissances et, en même temps des grains de sable faussant l’engrenage des conquêtes. » 



Revenir à Livres
© La Revue Phénicienne 2014. All Rights Reserved.