Éditions De La Revue Phénicienne : La Premiere Maison d'Édition Francophone Au Proche-Orient
  Si je rappelle aux miens nos aïeux phéniciens,
C’est qu’alors nous n’étions au fronton de l’histoire,
Avant de devenir musulmans ou chrétiens,
Qu’un même peuple uni dans une même gloire ...
Charles Corm
La montagne inspirée, 1934
 

La Maison D'Edition
Médaillons en musique de l'âme libanaise
CHARLES CORM
Catégorie : Poésie
Parution : janv. 2004
Format : 15,5 x 23 cm
Pages : 205
ISBN : 9792913875042

$15

Ce texte reproduit le manuscrit original écrit au cours des années 50, dans lequel Charles Corm décline le Liban à travers des « croquis » de personnages. Dans L'Étudiant libanais et sa femme de Paris ou encore Les Suicidés de la Grotte aux Pigeons, c'est la noblesse, la cruauté, l'âpreté et la passion qui défilent tour à tour. Et le lecteur de sourire à l'intelligence humaine de Corm.

« C'est un véritable forban de nouveau riche, comme / Tout ceux qui du blé noir, au lieu d'être au poteau / Avec le sang du pauvre ont bâti leur château / L'argent qu'il escroquait le consacrait grand homme… » Les Séquelles de la guerre.

« Je ne suis pas malade, excepté que je souffre, / Et que je dépéris et que je m'enlaidis, / Rien que de votre absence, où peu à peu s'engouffre / Le bonheur révolu de notre paradis ! » La Lettre à l'émigrant.

Charles Corm, né à Beyrouth le 4 mars 1894, est le fils du premier peintre libanais de renom, Daoud Corm. Tout jeune homme, en 1919, il fonde et dirige La Revue Phénicienne, la première publication de langue française, tribune politico-culturelle de la scène libanaise de l'époque. À la suite d'un voyage en Amérique, il prend la représentation de Ford pour le Proche-Orient. Se déplaçant sans cesse entre ses agences disséminées dans la région, il vivra au plus près le drame arménien tout spécialement en Cilicie et dans le Sandjak. À partir de 1934, il se consacre pleinement à la littérature et publie alors La Montagne inspirée, une ode à son pays et son œuvre la plus connue. En 1939, il monte en grande partie à ses frais le premier pavillon du Liban à l'Exposition Universelle de New-York, un spectaculaire panorama du patrimoine national. Il contribuera également à la fondation de la Bibliothèque Nationale ainsi que du Musée National de Beyrouth, mais ne cessera d'écrire, surtout de la poésie, jusqu'à la fin de sa vie en 1963. Son message à ses compatriotes a toujours été humaniste et universel. Pour Charles Corm, l'histoire et les racines d'un peuple non seulement forgent son identité, mais surtout lui permettent de survivre  : s'il remet ses aïeux phéniciens à l'honneur, c'est parce « qu'avant de devenir chrétiens ou musulmans, ils n'étaient qu'un même peuple uni dans une même gloire ».


Acheter en ligne sur
Antoineonline.com
© La Revue Phénicienne 2014. All Rights Reserved.