Éditions De La Revue Phénicienne : La Premiere Maison d'Édition Francophone Au Proche-Orient
  Si je rappelle aux miens nos aïeux phéniciens,
C’est qu’alors nous n’étions au fronton de l’histoire,
Avant de devenir musulmans ou chrétiens,
Qu’un même peuple uni dans une même gloire ...
Charles Corm
La montagne inspirée, 1934
 

La Maison D'Edition
May Arida Le rêve de Baalbeck
Nabil El Azan
Catégorie : Compte biographique
Parution : oct. 2013
Format : 16,5 x 24 cm
Pages : 172
ISBN : 2-913875-45-9

$30
J’ai écrit le récit de la vie de May Arida comme cette vie m’apparaît : un conte fabuleux et une double incarnation. Celle du festival international de Baalbeck qu’elle a accompagné depuis sa création en 1956 et jusqu’en décembre 2011, et celle du Liban tout court, ce pays où elle a vu le jour en même temps que sa Constitution, et qu’elle n’a jamais quitté, ni cessé d’aimer. Mêler l’intime à l’histoire, démêler la sphère privée de la vie publique, l’âge d’or artistique et culturel de l’effervescence politique, les mettre en perspective les uns par rapport aux autres, il y avait là un véritable enjeu d’écriture. Enjeu assez puissant en tout cas pour abandonner un temps la scène théâtrale et arpenter celle de la littérature. Au bout du chemin, je m’aperçois que j’ai manié et remanié les souvenirs de May Arida, comme au théâtre je manie et remanie les mots de l’auteur. Sans y toucher, sans rien en changer, je les ai mis en scène. Mettre en scène, c’est opérer des choix, imaginer le contexte, faire vivre les personnages, planter les décors, braquer les lumières, donner du sens et des émotions. Par conséquent, il n’est pas inutile de préciser ici que dans cet ouvrage s’entremêlent deux voix, celle de May Arida, bien sûr, et la mienne propre. Celle de la mémoire et celle de la narration. Elles ne doivent pas être confondues. Ce conte que je propose aux lecteurs est à la fois vrai et imaginaire. Une sorte de voyage. Entre passé et présent, souvenirs et récit, réel et songe. Nabil El Azan

Né à Beyrouth, Nabil El Azan est installé à Paris depuis 1978. À la tête de la compagnie La Barraca depuis 1986, il s’intéresse particulièrement aux écritures dramatiques françaises contemporaines (www.la-barraca.net). Plusieurs de ses créations ont été présentées au Liban, dont L’Émigré de Brisbane à Baalbeck, Viva le Diva à Babel et tout récemment, Les Pâtissières au Tournesol. Par ailleurs, il a traduit en français un certain nombre d’ouvrages et publié un recueil de poésie Vingt-six lettres et des poussières (Éditions de la Revue Phénicienne, Beyrouth 2011)

Acheter en ligne sur
Amazon.fr
© La Revue Phénicienne 2014. All Rights Reserved.